Archives pour octobre, 2012

L’étiquetage des pneus, c’est maintenant

Cette réglementation européenne doit éclairer les consommateurs dans leur choix.

Le fisc réclame un milliard à Google

Le fisc français réclame un milliard d'euros à Google à l'issue d'une enquête sur les "prix de transfert" entre la branche en France du géant américain d'internet et son holding irlandais, affirme l'hebdomadaire Le Canard enchaîné à paraître mercredi.Selon Le Canard, ce redressement fiscal a été évoqué lundi lors de la rencontre entre le président François Hollande et le patron de Google Eric Schmidt. "Si d'ici la fin de l'année la négociation entre Google et les éditeurs de presse n'aboutit pas, Google sait déjà ce qui l'attend du point de vue fiscal: 1 milliard", affirme le journal. "Sinon, il y aura sans doute moyen de négocier", ajoute-t-il. "Google n'a pas reçu de notification de redressement fiscal de la part de l'administration fiscale française", a assuré mardi soir à l'AFP par courriel un porte-parole de Google France.En mars, une source proche du dossier avait fait état d'une procédure de redressement fiscal en cours en France à l'encontre du moteur de recherche. L'Express évoquait de son côté une enquête pour déterminer le montant de l'impôt sur les sociétés et la TVA dont ne s'est pas acquitté Google entre 2008 et 2010. Grâce à une série de montages financiers, baptisés "sandwich hollandais" ou "double irlandais", Google réussit à ne payer qu'un très faible pourcentage d'impôts car la quasi-totalité des revenus déclarés en Irlande, après un passage aux Pays-Bas via une société intermédiaire, est transférée dans le paradis fiscal des Bermudes où est installée la filiale Google Ireland Holdings.

Fiat : pas d’alliance avec PSA et Opel

Le constructeur automobile italien Fiat n'a pas eu de discussions sur une possible alliance avec Peugeot Citroën et Opel, a déclaré mardi son patron Sergio Marchionne lors d'une conférence d'analystes."Il est connu que j'ai parlé au gouvernement allemand et à General Motors en 2008-2009 pour faire quelque chose avec eux mais nous n'avons pas eu de conversation depuis. Par ailleurs, notre relation à Peugeot Citroën est bonne (...) nous avons historiquement des liens forts, mais je ne vois rien à lire dans le fait que nous prenions un café ensemble", a-t-il déclaré.

Windows 8 : 4 millions de copies vendues

Microsoft a vendu quatre millions d'exemplaires de la mise à jour de Windows 8 depuis le lancement de son nouveau système d'exploitation vendredi, a déclaré mercredi son directeur général Steve Ballmer.S'exprimant à l'occasion d'une réunion avec les développeurs au siège du groupe à Seattle, le patron de Microsoft a assuré que des centaines de millions de copies de Windows seront vendues au cours de l'année prochaine. Selon Steve Ballmer, les entreprises expriment un fort intérêt pour le successeur de Windows 7, dont les licences ont récemment dépassé les 670 millions d'exemplaires commercialisés.Lundi, le directeur général de Microsoft avait déclaré que les ventes de Windows 8 avaient été supérieures à celles de Windows 7 au même stade de vente, lors de son lancement trois ans plus tôt.

La Bourse de New York rouvrira mercredi

La Bourse de New York, fermée depuis deux jours à cause du passage du cyclone Sandy, va ouvrir normalement mercredi, ont annoncé les opérateurs boursiers NYSE Euronext et Nasdaq OMX."Les échanges commenceront sur le New York Stock Exchange à 09h30 (14h30 à Paris) selon les procédures d'ouverture normales", a indiqué dans un communiqué NYSE Euronext, affirmant que son bâtiment et le parquet étaient "totalement opérationnels". La Bourse électronique Nasdaq sera également "ouverte mercredi" et fonctionnera normalement, a indiqué de son côté Nasdaq OMX.

Déficit à 3% : pas crédible pour les Français

Près de huit Français sur dix ne croient pas à un retour du déficit public à 3% du PIB fin 2013 et une large majorité ne souhaite pas que l'Etat fasse davantage d'économies, selon un sondage Ifop pour Acteurs publics diffusé mardi.Les économistes doutent eux aussi que l'objectif gouvernemental sera atteint, en raison du ralentissement économique. Treize économistes interrogés par Reuters attendent ainsi en moyenne un déficit à 3,5% à la fin de l'année prochaine. Selon l'Ifop, 55% des sondés estiment que le 3% ne sera probablement pas atteint fin 2013 et 23% qu'il ne sera certainement pas atteint. Au contraire, 14% pensent qu'il sera probablement atteint et 1% qu'il le sera certainement.Interrogées sur l'effort de 10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat prévu l'an prochain, 64% des personnes sondées sont d'accord avec la phrase "cet effort est satisfaisant, il est difficile de faire davantage sans détériorer la qualité des services publics et ralentir l'économie".

Peugeot lance son réseau de réparations

La marque automobile française Peugeot a annoncé mardi le lancement d'un nouveau réseau d'entretien et de réparation multimarques qui vise avant tout les véhicules âgés de 5 à 10 ans, suivant l'exemple de Citroën et de Renault.Ce réseau, nommé "Motaquip car service", "en cours de construction, devrait compter 50 adhérents à la fin 2012 pour un objectif de 1.000 adhérents en 2017", précise Peugeot dans un communiqué.La marque compte ainsi élargir son activité pièces de rechange et services en fidélisant des clients Peugeot, en particulier ceux dont la voiture a plus de cinq ans, et d'en gagner de nouveaux ayant des modèles d'autres marques. Pour se faire, il va notamment s'appuyer sur des réparateurs indépendants.

Grèce: pas d’accord avec la troïka (UE)

La Commission européenne a démenti mercredi l'existence à ce stade d'un accord entre la Grèce et ses créanciers réunis au sein de la troïka, contrairement à ce qu'a annoncé la veille le Premier ministre grec, Antonis Samaras."Nous sommes en train de réduire de manière continue le nombre de questions à régler", a déclaré un porte-parole de la Commission, Simon O'Connor, au cours d'un point de presse, se disant "confiant dans le fait qu'un accord intervienne bientôt au niveau technique".

UE : la France menace de rejeter le budget

La France a menacé mercredi de rejeter le projet de budget pluriannuel de l'Union européenne pour 2014-2020 si les crédits de la politique agricole commune n'étaient pas maintenus. Les propositions de la présidence chypriote de l'UE, qui amputent de 50 milliards d'euros les ressources de l'Union, dont cinq milliards pour les subventions agricoles, ont déjà déclenché mardi un feu croisé de critiques.Le ministre français des Affaires européennes a, à son tour, fait état mercredi des récriminations de la France. "Nous nous opposons à la baisse proposée pour la Politique agricole commune, qui a déjà consenti des efforts importants dans le cadre de la proposition initiale de la Commission européenne", déclare Bernard Cazeneuve dans un communiqué. "La France ne saurait soutenir un budget pluriannuel qui ne maintiendrait pas les crédits de la Politique agricole commune", poursuit-il.Bernard Cazeneuve se dit convaincu que d'autres sources d'économies peuvent encore être exploitées pour rendre le budget communautaire compatible avec l'effort de rétablissement des comptes publics dans lequel les Etats membres sont engagés. Il fait enfin allusion au problème du rabais consenti à la Grande-Bretagne et aux remboursements connexes perçus par l'Allemagne, les Pays-Bas, la Suède et l'Autriche. "Le système de financement du budget de l'UE doit être remis à plat et rendu plus juste et plus lisible. Nous n'accepterons pas que le système des corrections financières repose de manière disproportionnée sur certains Etats membres, dont la France", écrit le ministre français.

Grèce : « phase finale » des négociations

La troïka, composée de l'UE, la BCE et le FMI, est entrée dans "la phase finale" des négociations avec la Grèce sur le paquet d'économies qu'Athènes doit réaliser pour assurer son avenir dans l'euro, a indiqué mercredi le ministre français de l'Economie Pierre Moscovici. "Il faut que dans le mois qui vient nous soyons capables de donner une réponse structurelle au problème de la Grèce", a-t-il ajouté."Nous sommes sur le point, je l'espère, je le crois, c'est très compliqué mais ca va se passer je crois, de trouver une solution structurelle définitive sur la Grèce", a-t-il insisté soulignant qu'il faudra "débloquer les tranches de prêts mais avec des contreparties qui seront des efforts faits par la Grèce, de manière considérable". Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, a annoncé mardi avoir trouvé un accord avec les créanciers du pays sur les économies réclamées au pays contre la poursuite de leur aide massive.Les ministres des Finances de la zone euro, qui suivent de près le dossier, doivent se réunir le 12 novembre pour examiner le détail du paquet de mesures, mais tiendront peut-être une première réunion dès le 8 novembre. La Grèce doit impérativement obtenir avant le 16 novembre une tranche de 31,2 milliards d'euros, dont le versement est retardé depuis juin par ses créanciers dans l'attente du bouclage d'un accord.

Croissance « légèrement positive » attendue

Le gouvernement français espère que la croissance française sera "très légèrement positive" au troisième trimestre de cette année, a indiqué le ministre de l'Economie Pierre Moscovici, plus optimiste que l'Insee qui table sur une stagnation du PIB de l'Hexagone."Je suis confiant sur la croissance française, raisonnablement", a-t-il encore dit, voyant des signes positifs dans "la détente des taux sur les marchés européens" due à la réorientation de l'industrie européenne, dans "la croissance américaine ou britannique qui reprend", ou encore "la production manufacturière (...) qui a repris au mois de juillet". "Il y a un environnement qui montre que, oui, ce pays a des ressources et notre rôle est de faire en sorte qu'il s'en tire", a insisté Pierre Moscovici.

USA : « l’esprit pionnier » plus fort que Sandy

"Les États-Unis c'est 12.500 milliards de dollars de PNB. Alors les 20 à 50 milliards que vont couter Sandy ne sont certainement pas neutres, mais cela n'est pas de nature à créer une crise au États-Unis", a assuré mercredi sur l'antenne d'Europe1 du Français Pierre Nanterme, chef du bureau exécutif de l'entreprise américaine Accenture.Selon lui ",les Américains vont faire en sorte de s'en sortir par eux même et de rebondir. C'est l'esprit pionnier : être individuel dans la réussite, solidaire dans la communauté et se prendre en charge soi même. C'est un pays qui se relève, qui se bat et qui ne se lève pas abattre. La leçon que pourrait en retenir les Français : aide toi avant que l’État t'aide."

GM : 2.600 postes supprimés en Europe

Le numéro un américain de l'automobile General Motors (GM) annoncé mercredi qu'il tablait sur 2.600 suppressions d'emplois au total en 2012 en Europe, en majorité grâce à des départs en retraite ou des départs négociés. Quelque 2.300 personnes ont déjà quitté la division européenne du groupe depuis le début de l'année, a précisé un porte-parole en marge de la conférence d'analystes du groupe, qui a vu son bénéfice du troisième trimestre baisser de 12% sur un an, notamment à cause de lourdes pertes en Europe.

Bricorama : l’ouverture le dimanche retoquée

La Cour d'appel de Versailles a ordonné mercredi à l'enseigne de bricolage Bricorama de ne plus ouvrir le dimanche en Ile-de-France sans avoir obtenu de dérogation, confirmant ainsi un jugement en première instance. L'enseigne, qui emploie 2.614 salariés dans ses 95 magasins français, dont une trentaine en Ile-de-France, compte 300 collaborateurs réguliers travaillant le dimanche.

UE : Cameron prêt à bloquer le budget

Le Premier ministre britannique David Cameron a dit mercredi qu'il était prêt à opposer son veto à tout projet de budget de l'Union européenne susceptible d'être avalisé lors du sommet européen prévu fin novembre. "Ce gouvernement va adopter la ligne la plus dure jamais prise dans des négociations budgétaires par un gouvernement depuis que nous avons intégré l'Union européenne", a déclaré David Cameron au Parlement. "Au mieux, nous souhaitons une réduction, au pire qu'il soit gelé; je suis tout à fait prêt à user de mon droit de veto si nous n'obtenons pas un accord qui soit bon pour la Grande-Bretagne".Les gouvernements de l'UE espèrent parvenir à un accord sur le budget 2014-2020 de l'UE pour le Conseil européen des chefs d'Etat et de gouvernement les 22 et 23 novembre, mais les discussions s'annoncent difficiles.