Archives pour juin, 2013

Tout ce qui change au 1er juillet

PRATIQUE – Prix du gaz, TVA, fourrière… Tour d’horizon de ce qui va changer dès lundi.



Parisot : "il faut accepter de travailler plus longtemps"

La présidente du Medef est revenue sur la réforme des retraites lors du Grand Rendez-Vous dimanche.



Parisot : "je suis prête à m’engager"

Laurence Parisot, la présidente du Medef qui cédera son siège le 3 juillet prochain, a affirmé dimanche sur Europe 1 lors du Grand Rendez-Vous, en partenariat avec iTélé et Le Parisien, qu’elle était prête à s’engager en politique. La patronne des patrons doit d’abord rejoindre le Conseil économique et social pour un mandat de cinq ans, une organisation à laquelle elle appartenait déjà lors de son élection à la tête du Medef en 2005.Concernant son avenir, Laurence Parisot n’a pas exclu de prendre un jour la tête d’une grande entreprise privée. "Il y a de grandes choses à faire dans le domaine de l’énergie", a-t-elle plaidé. La patronne des patrons souhaite la création d’une entreprise qui pourrait exploiter le gaz de schiste. "C’est incroyable de passer à côté de cette richesse qui est sous nos pieds", s’est étonnée Laurence Parisot.Quant à la politique, "ne peut pas l’exclure". Laurence Parisot a en revanche balayé l’hypothèse de devenir une énième vice-présidente de l’UMP : "surtout pas !", s’est-elle exclamée. La future ex-patronne du Medef n’a en revanche écarté l’idée de s’engager en politique. "Je confirme que je veux rester présente dans le débat public, notamment sur tout ce qui est à la frontière de l’économique et du politique dans une perspective européenne. A partir de là il y a beaucoup de possibles", a-t-elle dit. "Je suis prête à m’engager mais à partir du moment où il s’agit de faire un travail constructif. Mais je ne sais pas avec qui ni quand", avait-elle indiqué quelques minutes avant.



Parisot : "accepter de travailler plus longtemps"

Laurence Parisot, la présidente du Medef qui cédera son siège le 3 juillet prochain, a plaidé dimanche sur Europe 1 lors du Grand Rendez-Vous, en partenariat avec iTélé et Le Parisien, pour une nouvelle réforme des réformes. "Il faut penser autrement notre système de retraites. Entre maintenant et 2020, nous aurons un déficit cumulé de 200 milliards. La réforme de 2010 était insuffisante", a-t-elle estimé."Une fois de plus on refuse de dévoiler un secret de famille, c’est de ne pas dire aux Français que si on continue comme ça, tous ceux qui ont moins de 35 aujourd’hui auront un niveau de retraite de 20 à 30% inférieur à ceux qui sont actuellement en retraite", a affirmé Laurence Parisot. "Il faut accepter de travailler plus longtemps. Si nous acceptions de déplacer l’âge légal à 63 ans et d’allonger la durée de cotisation à 43 ans à l’horizon 2020, on finance au moins deux-tiers des besoins de financement", a-t-elle ajouté.



Parisot : "freiner les dépenses des collectivités locales"

Laurence Parisot, la présidente du Medef qui cédera son siège le 3 juillet prochain, a estimé dimanche sur Europe 1 lors du Grand Rendez-Vous, en partenariat avec iTélé et Le Parisien, que les collectivités locales devaient plus particulièrement contribuer à l’économie de 14 milliards prévue par le gouvernement. "Il faut freiner les dépenses des collectivités locales, c’est probablement le lieu qui contribue le moins à l’effort que le pays doit mener. Il y a dans un certain nombre d’administrations des réductions de frais de fonctionnement à envisager mais aussi des investissements à reporter", a jugé Laurence Parisot."Nous ne sommes pas en mesure aujourd’hui de mener des grands projets. On ne peut pas se permettre de fonctionner comme si nous étions au coeur des 30 Glorieuses. C’est ça le sujet aujourd’hui. On a connu une période tellement extraordinaire de 1945 à 1975 que nous avons cru dans les 30 années qui ont suivi, de 1975 à 2005, qu’on pouvait continuer de la même façon et comme la croissance n’était plus là, on a continué avec la dette. Aujourd’hui, on a compris qu’il fallait réajuster les choses", a détaillé la patronne des patrons.

L’augmentation des accises sur le diesel aura un effet pervers

L’augmentation des accises sur le diesel, qui figure sur la table des négociations sur le budget, « aura un effet pervers sur la …

Gare aux factures GSM à l’étranger !

Comme c’est le cas depuis quelques années, le 1er juillet est synonyme de baisse des tarifs pour le roaming ou les services télécoms sans fil, au sein de l’Union européenne. 

L’avion du futur était-il au Bourget ?

Avec le développement des matériaux et technologies, l’industrie aéronautique s’autorise des concepts innovants et des formes nouvelles. En piste! 

Retard de vols : A la chasse aux indemnités

Un passager arrivé avec plus de trois heures de retard à destination a droit à une indemnité allant de 250 à 600 euros. Mais d’autres facteurs entrent en ligne de compte. 

Comment l’Etat compte économiser 14 milliards ?

L’Etat prévoit de faire 14 milliards d’euros d’économies en 2014 sur les 20 milliards d’efforts prévus.



Le patron de la Banque mondiale veut agir contre la pauvreté et le réchauffement

Président de la Banque mondiale depuis un an, Jim Yong Kim s’est efforcé de recentrer son institution sur la lutte contre la …

Bagages égarés : La carte de crédit à la rescousse

Trois Belges sont quatre ignorent leurs droits lorsqu’ils achètent un ticket de transport. Soit l’un des plus bas d’Europe. Ces droits sont pourtant nombreux et en augmentation. Ce week-end, LaLibre vous propose un aperçu en quatre volets. 

La Croatie veut rejoindre l’euro dès que possible

La Croatie espère rejoindre la zone euro « dès que possible », soit dans « quatre ou cinq ans », affirme le directeur de la Banque …

La BCE n’accepte plus temporairement de dette chypriote en garantie

La décision de la Banque centrale européenne intervient après l’annonce par l’île d’un programme d’échange de dette d’un milliard d’euros.

14 milliards d’économies prévus en 2014

L’Etat prévoit de faire 14 milliards d’euros d’économies en 2014 sur les 20 milliards d’efforts de réduction de déficit structurel prévus, en mettant à contribution les fonctionnaires et les opérateurs, selon le site internet du journal Le Monde. Ces décisions seraient en ligne avec les préconisations de la Cour des comptes qui indiquait jeudi que la France devait trouver 13 milliards d’économies en 2014 et 15 milliards en 2015 pour revenir à 3% de déficit en 2015.Le premier poste d’économies concerne les fonctionnaires: la croissance de la masse salariale de l’Etat sera ainsi ramenée de 3% à 0,15% en 2014, écrit le quotidien, qui dit s’être procuré un document transmis à la commission des finances de l’Assemblée. Cette inflexion très forte sera obtenue en 2014 par la stabilité globale des effectifs, par la réduction des enveloppes catégorielles et leur ciblage sur les bas salaires, mais aussi par la poursuite du gel du point d’indice.Les dépenses de fonctionnement de tous les ministères baisseront également de 2% grâce à la poursuite de la modernisation des achats publics. Enfin, les moyens affectés aux opérateurs (Météo France, CNRS…) devraient baisser de 4%, hors Pôle emploi et universités. Au lieu d’augmenter de plus de 2% par an, les dotations aux opérateurs diminueraient de 1%, ce qui permettrait d’économiser 600 millions, selon Le Monde.