Archives pour mai, 2014

Wallonie, terre d’accueil pour les investisseurs étrangers

Afin de capter des projets d’investissements étrangers pas encore mûrs, la Région wallonne a mis en place fin 2009 les « Welcome offices ». Ces sept bureaux d’accueil prennent en charge les entrepreneurs venus du monde entier qui envisagent de créer une activité économique en Wallonie.

Wallonie, terre d’accueil pour les investisseurs étrangers

Afin de capter des projets d’investissements étrangers pas encore mûrs, la Région wallonne a mis en place fin 2009 les « Welcome offices ». Ces sept bureaux d’accueil prennent en charge les entrepreneurs venus du monde entier qui envisagent de créer une activité économique en Wallonie.

Deminor compte citer Arco en justice

Le bureau Deminor, qui conseille les actionnaires minoritaires, compte citer le groupe Arco en justice pour tromperie lors de l’émission de parts coopératives. Belfius serait également cité à comparaître, écrit samedi le quotidien de Standaard.

Deminor compte citer Arco en justice

Le bureau Deminor, qui conseille les actionnaires minoritaires, compte citer le groupe Arco en justice pour tromperie lors de l’émission de parts coopératives. Belfius serait également cité à comparaître, écrit samedi le quotidien de Standaard.

La situation économique belge pas assez mauvaise pour obtenir un report

La Commission européenne présente lundi ses recommandations de réformes budgétaires et structurelles pour les 28 …

BNP vs Etats-Unis : Washington veut voir des têtes tomber

Les autorités américaines tentent d’obtenir le licenciement d’employés de BNP Paribas, en plus d’une amende de 10 milliards de dollars, dans le litige les opposant à la banque française accusée d’avoir enfreint l’embargo américain contre le Soudan ou l’Iran, selon le Wall Street Journal (WSJ)."Les autorités américaines cherchent à punir individuellement des salariés de BNP Paribas et poussent la banque à licencier au moins une dizaine de personnes", affirme le quotidien financier, citant des sources proches du dossier. "Le département des services financiers de New York fait pression pour obtenir les punitions les plus sévères, y compris le licenciement de salariés et une suspension temporaire du droit de la banque à effectuer des transactions en dollars, dans le cadre d’un éventuel accord avec le département de la Justice", poursuit le journal.>> A lire aussi : Pourquoi la BNP risque une amende record"Les autorités américaines cherchent à punir individuellement des salariés de BNP Paribas et poussent la banque à licencier au moins une dizaine de personnes", affirme le quotidien financier, citant des sources proches du dossier. "Le département des services financiers de New York fait pression pour obtenir les punitions les plus sévères, y compris le licenciement de salariés et une suspension temporaire du droit de la banque à effectuer des transactions en dollars, dans le cadre d’un éventuel accord avec le département de la Justice", poursuit le journal.La BNP "n’a pas accepté ces demandes, et il n’est pas sûr que qui ce soit soit licencié ou qu’un accord soit finalisé", précise le WSJ. D’autant que le nombre d’années qui se sont écoulées depuis les faits reprochés à la BNP "pourrait empêcher que des poursuites criminelles soient engagées contre des employés impliqués dans des transactions illégales, ce qui agace les procureurs", souligne le quotidien. BNP Paribas © REUTERS Les procureurs sont aussi "mécontents de la réponse initiale de la banque à leurs demandes de documents ou d’entretiens avec des employés en 2009", jugée "lente ou incomplète". Outre le licenciement de salariés, les autorités américaines exigent trois autres éléments de la BNP, affirme le journal: un plaider-coupable, une amende de plus de dix milliards de dollars et une suspension temporaire de la possibilité pour la banque d’effectuer des transactions en dollar à New York.Selon le quotidien, c’est "l’étendue des efforts faits pour échapper aux sanctions contre le Soudan" qui a le plus "alerté" les autorités américaines. Si les transactions visées par la justice américaine, qui ont eu lieu entre 2002 et 2009, sont licites au regard du droit international, le fait qu’elles aient été libellées en dollars permet au droit américain de s’appliquer. AMENDE – les Etats-Unis réclament plus de 10 milliards de dollars à BNP ParibasJUSTICE – Prêts toxiques : des victimes attaquent la BNPDECRYPTAGE – Les banques soupçonnées de manipuler les taux de change






Deminor compte citer Arco en justice

Le bureau Deminor, qui conseille les actionnaires minoritaires, compte citer le groupe Arco en justice pour tromperie lors de l’émission …

Deminor compte citer Arco en justice

Le bureau Deminor, qui conseille les actionnaires minoritaires, compte citer le groupe Arco en justice pour tromperie lors de l’émission de parts coopératives. Belfius serait également cité à comparaître.

Deminor compte citer Arco en justice

Le bureau Deminor, qui conseille les actionnaires minoritaires, compte citer le groupe Arco en justice pour tromperie lors de l’émission de parts coopératives. Belfius serait également cité à comparaître.

Les déboires de BNP Paribas pourraient coûter cher à la Belgique

La menace d’une amende record pour BNP Paribas aux Etats-Unis pourrait avoir des conséquences en Belgique, car elle pourrait priver de …

Le nombre de fraudes à la domiciliation constatées a doublé en 2013

L’Office national de l’Emploi (ONEM) a constaté 8.379 cas de fraude à la domiciliation l’année dernière, soit presque deux fois plus qu’en 2012 (4.422 fraudes).

Le nombre de fraudes à la domiciliation constatées a doublé en 2013

L’Office national de l’Emploi (ONEM) a constaté 8.379 cas de fraude à la domiciliation l’année dernière, soit presque deux fois plus qu’en 2012 (4.422 fraudes).

Le Belge mieux protégé pour ses achats en ligne

Une directive européenne qui harmonise la protection des e-consommateurs vient d’être transposée en droit belge.

Plusieurs mesures d’austérité rejetées par la Cour constitutionnelle

La Cour constitutionnelle portugaise a invalidé vendredi plusieurs mesures d’austérité inscrites au budget 2014, qui …

Portugal : des mesures d’austérité rejetées par la justice

La Cour constitutionnelle portugaise a invalidé vendredi plusieurs mesures d’austérité inscrites au budget 2014, qui devaient permettre au gouvernement de centre droit de poursuivre son programme de rigueur après sa sortie du plan d’aide il y a deux semaines.La plus haute instance judiciaire du pays a rejeté trois des quatre mesures sur lesquelles elle avait été saisie, parmi lesquelles les baisses de salaires des fonctionnaires. ZOOM – Le Portugal "sauvé", l’Europe relancée ?