Le président de la Banque centrale allemande, Jens Weidmann, chantre de l'orthodoxie monétaire, s'est inquiété, dans un entretien à paraître ce dimanche dans la presse allemande, que les banques centrales financent en partie les besoins de financement de la Grèce.