Le Premier ministre Charles Michel a l’impression que certains pays européens sont engagés dans une partie de « valet noir » à propos de la taxe