Le groupe d’assurances Ageas souligne mardi, dans une réaction au fait qu’il soit mentionné dans le scandale d’optimisation fiscale « Paradise Papers », n’avoir jamais tiré un euro d’avantage d’une construction juridique au départ d’une ancienne filiale à Hong Kong.