Le fournisseur de messagerie Posteo a pu bloquer les adresses mail des personnes à l’origine de la cyberattaque survenue mardi. Celles-ci ne peuvent désormais plus se connecter ni envoyer de messages. « Nous ne permettons plus le moindre abus », selon Posteo.