Un dirigeant du constructeur automobile allemand Volkswagen, arrêté en début d’année aux Etats-Unis dans le cadre de l’affaire du « dieselgate », a formellement plaidé coupable vendredi devant un tribunal américain.