BELGAComme l’a souligné le président du conseil d’administration, le Français Robert de Metz, "les actionnaires ont été raisonnables; ils ont accepté de se faire hara-kiri". De fait. Mais c’était ça ou la faillite.