Si la FGTB refuse de polémiquer sur la violence des termes choisis, elle met en revanche Charles Michel au défi d’éclaircir les nombreuses zones