Google, régulièrement accusé comme les autres géants internet de favoriser l'addiction numérique, a présenté mardi une série de fonctionnalités