L’idée n’est pas d’inciter les consommateurs à s’endetter encore, mais à profiter de l’effet de levier qui est à leur porte.