Infrabel, l’entreprise qui gère l’infrastructure ferroviaire, « ne comprend pas bien » la critique formulée mercredi par plusieurs associations sur ses chiffres de ponctualité des trains.