Bien payés, très demandés... : à première vue, les informaticiens de la Silicon Valley n'ont pas vraiment de raison de se vouloir se syndiquer.