Lactalis « ne peut pas exclure que des bébés aient consommé du lait contaminé » entre 2005 et 2017, puisque la salmonelle Agona « responsable des problèmes » est « la même que celle de 2005″, déclare le PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, dans une interview aux Echos datée de jeudi.