Le Belge emprunte de plus en plus pour réaliser des dépenses non essentielles, relate L'Écho dans un article consacré aux dérives du crédit à la