Le Mouvement réformateur s’est retrouvé jeudi au cœur des critiques à la Chambre après l’autorisation par le gouvernement wallon de 25 nouveaux