BelgaChez KBC, on signale qu'un tiers des obligations qui avaient été souscrites ont déjà été revendues, tandis que chez BNP Paribas un bon d'Etat sur quatre a changé de propriétaire.