Seule la France taxe davantage ses sociétés en Europe. Les effets du « tax shift » restent limités.