Le limogeage de deux ex-CEO américaines relance la question de la pression dont elles font l’objet de la part d’investisseurs activistes