La Creg, le régulateur du secteur énergétique, estime que les subsides demandés sont déraisonnables.