Les réseaux sociaux exploitent non seulement les données de leurs utilisateurs, mais aussi celles des non-membres. D’après un chercheur de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), ils créent des profils ‘fantômes’ de personnes ne possédant pas de compte grâce aux contacts privés des inscrits.