Deux ONG françaises accusent le géant d’avoir recours à des enfants ouvriers.