Des hommes politiques néerlandais étaient vent debout jeudi après avoir appris que la principale banque du pays ING qui avait été sauvée par des