Myria, le Centre fédéral Migration, a envoyé mercredi un dossier au parlement fédéral, dans lequel l’organisme public autonome explique avoir vu son financement indûment réduit ces dernières années, rapporte l’Echo jeudi.