Paul De Grauwe, professeur à la London School of Economics et professeur émérite à la KUL, ne décolère pas à propos de la taxe sur les comptes-titres que veut introduire le gouvernement Michel à partir du 1er janvier 2018.