Même si la compagnie irlandaise reconnaît les syndicats, le bras de fer est loin d’être terminé avec ses pilotes.