Rien qu’en décembre 2017, le service en charge des régularisations fiscales a reçu davantage de demandes, de la part de fraudeurs repentis, que sur l’ensemble de l’année 2016, peut-on lire mardi dans De Tijd et L’Echo, sur base de chiffres du ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA).