Mécontents de la position de l’Iata sur le dossier de l’interdiction des ordinateurs, certains patrons des grandes compagnies du Golfe ont annulé en dernière minute leur venue à la réunion mexicaine.