Tant chez Alstom et Siemens que chez les politiciens français et allemands, on invoque la concurrence chinoise pour expliquer la nécessité du rapprochement trans-Rhin.
(…)