Suite aux gels de printemps, la récolte française risque d’être de 17% inférieure à 2016.