Volkswagen, déjà soupçonné d’avoir fermé les yeux sur les agissements des militaires pendant la dictature au Brésil, est désormais soupçonné d’avoir activement collaboré aux dénonciations d’opposants, selon un rapport d’enquête dont font état lundi des médias allemands.