Article tagué europe 1

Moscovici « nous ne renonçons pas »

Pierre Moscovici, invité d'Europe 1 samedi, a réagit à la décision du Conseil constitutionnel. Selon lui, il n'est pas question d'abandonner l'idée d'une taxe sur les très hautes revenus : "nous ne renonçons pas à l'esprit de cette mesure, qui est de faire contribuer les plus riches à l'effort que consente tous les Français. Nous reviendrons en 2013 avec une mesure qui tiendra compte des décisions du Conseil constitutionnel mais qui sera dans l'esprit de la taxe à 75 %.">> A LIRE : La droite parle d'amateurisme

Moscovici/STX : le contrat respecte « évidemment » les règles

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a assuré vendredi sur Europe 1 que le contrat pour la construction d'un paquebot géant par les chantiers navals STX de Saint-Nazaire respectait "évidemment" les règles européennes, interrogé sur les doutes exprimés par la Finlande."Nous avons tout fait pour sauver les Chantiers de l'Atlantique dans le respect parfait des règles européennes, évidemment", a déclaré M. Moscovici. "Il y a une compétition, les Français l'ont gagnée, il faut être beau joueur. C'est d'abord parce qu'il y a une excellence sur l'offre technique que le dossier a été choisi"

Chômage : deux raisons selon Pisani-Ferry

Invité sur Europe 1 jeudi, l'économiste Jean Pisani-Ferry a avancé deux explications à la nouvelle hausse du chômage au mois de novembre."Depuis le printemps 2011, il n'y a pas de croissance en France", souligne-t-il tout d'abord. "Donc il n'y a pas de création d'emplois, et il y a même des destructions d'emplois."Deuxièmement, "les entreprises réagissent différemment par rapport à 2009", note-t-il : "En 2009, elles avaient préservé l'emploi, probablement parce qu'elles s'attendaient à un coup dur passager. (…) Là, manifestement, elles ne voient pas de perspective d'amélioration en Europe et ont des problèmes de rentabilité, donc elles réduisent leurs effectifs."Une amélioration dans la deuxième moitié de 2013 ?Pour l'économiste, on doit s'attendre à "une stagnation" dans les six prochains mois, et "ensuite, il peut y avoir une amélioration". La situation en zone euro est "moins tendue" qu'il y a six mois, explique-t-il, mais "toutes les politiques d'ajustement budgétaires pèsent".

Attali : le pays « en convalescence »

INTERVIEW E1 - L'économiste, Jacques Attali a assuré jeudi que la France était "en relative convalescence". "D’abord, il y a eu beaucoup de progrès en matière de construction européenne. Dans le bon sens. Ensuite, il y a eu une vraie maîtrise de la dette qui commençait à déraper. Il y a eu le plan de compétitivité qui va tout à fait dans le bon sens. Les choses vont dans la bonne direction", a-t-il affirmé sur Europe 1.

Le travail le dimanche? « Des petits boulots… »

"Les jeunes il faut les condamner à quoi? Les jeunes c'est ceux qui ont le droit de travailler de dimanche? C'est ceux à qui on offre des CDD? Je ne crois pas à cette vision", a réagi dimanche Michel Sapin, ministre du Travail, invité du Grand Rendez-vous Europe 1- i>Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France interrogé sur la fermeture des magasins Bricorama le dimanche, après décision de justice. Selon lui "ce n'est pas du travail, ce sont des petits boulots". Il répond ainsi à l'argument selon lequel la fermeture d'enseignes le dimanche pénalise la jeunesse.

« Il y aura une réforme du code du Travail »

"Il y aura de toutes façons une loi, une réforme du Code du travail ", a promis dimanche Michel Sapin, ministre du Travail, invité du Grand Rendez-vous Europe 1- i>Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France, "pour donner plus de capacité d'adaptation aux entreprises et plus de sécurité aux salariés". Michel Sapin estime "qu'il faut un accord" entre patronat et syndicat mais n'exclut pas non plus de passer par une loi. Sur le fond, le ministre n'exclut pas des baisses de salaires en temps de crise, et insiste sur la faible utilisation du chômage partiel en France comparé à l'Allemagne.

Smic : pas de nouveau coup de pouce (Sapin)

"Il n'y aura pas de nouveau coup de pouce du Smic à le rentrée", a indiqué dimanche Michel Sapin, ministre du Travail, invité du Grand Rendez-vous Europe 1- i>Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France. Mais sera proposé à terme "de modifier le Smic pour s'adapter au fait que tout le monde" n'est pas égal devant l'inflation a-t-il déclaré, sans plus de précision. Quand au calcul du Smic selon la croissance, "ce n'est pas le moment" d'après Michel Sapin. Mais la réforme deviendra nécessaire quand la croissance sera repartie estime-t-il.Le salaire minimum ne devrait augmenter que faiblement au 1er janvier prochain, selon Les Echos, qui s’appuient sur "les dernières données permettant de calculer la revalorisation automatique". Le quotidien économique estime que le Smic horaire brut sera revalorisé de 0,3%, passant de 9,40 euros aujourd'hui à 9,43 euros le mois prochain. Le Smic mensuel brut, sur la base des 35 heures s'établirait ainsi à 1.429,97 euros. Cette faible revalorisation s'explique en partie par une hausse limitée des prix à la consommation (-0,2% en novembre; +1,4% sur un an).

Smic : pas de nouveau coup de pouce (Sapin)

"Il n'y aura pas de nouveau coup de pouce du Smic à le rentrée", a indiqué dimanche Michel Sapin, ministre du Travail, invité du Grand Rendez-vous Europe 1- i>Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France. Mais sera proposé à terme "de modifier le Smic pour s'adapter au fait que tout le monde" n'est pas égal devant l'inflation a-t-il déclaré, sans plus de précision. Quand au calcul du Smic selon la croissance, "ce n'est pas le moment" d'après Michel Sapin. Mais la réforme deviendra nécessaire quand la croissance sera repartie estime-t-il.Le salaire minimum ne devrait augmenter que faiblement au 1er janvier prochain, selon Les Echos, qui s’appuient sur "les dernières données permettant de calculer la revalorisation automatique". Le quotidien économique estime que le Smic horaire brut sera revalorisé de 0,3%, passant de 9,40 euros aujourd'hui à 9,43 euros le mois prochain. Le Smic mensuel brut, sur la base des 35 heures s'établirait ainsi à 1.429,97 euros. Cette faible revalorisation s'explique en partie par une hausse limitée des prix à la consommation (-0,2% en novembre; +1,4% sur un an).

Tabac: « une bouffée d’air » (pneumologue)

Le rapport de la Cour des comptes sur les politiques anti-tabac, dévoilé en exclusivité jeudi matin sur Europe 1, "va arriver comme une fantastique bouffée d'air", estime le pneumologue Bertrand Dautzenberg, président de l'office français de prévention du tabagisme, invité sur Europe 1.Les Sages dressent un bilan très mitigé des politiques menées depuis dix ans pour dissuader les fumeurs. "C'est la première fois qu'une institution officielle fait le bilan qu'on faisait tous et propose des solutions", se félicite Bertrand Dautzenberg. Ce dernier s'en prend particulièrement aux buralistes qui "ne jouent pas le jeu" en vendant des cigarettes aux mineurs. Les mesures anti-tabac prises entre 2002 et 2007 ont été efficaces, souligne le pneumologue, mais depuis, "on a régressé" : "on est actuellement un mauvais élève [de l'Europe] parce qu'il y a une mauvaise politique du gouvernement. (…) Le gouvernement, depuis six ans, laisse faire les lobbys du tabac. C'est le ministre du Budget qui dirige, non pas le ministre de la Santé", dénonce-t-il.

EDF et GDF exhortés à ne pas couper l’énergie

Le délégué général du médiateur de l'énergie Bruno Lechevin a lancé mardi un appel aux opérateurs énergétiques EDF et GDF, leur demandant de ne pas couper le gaz et l'électricité en plein hiver aux clients en difficultés de paiement."Tous les jours, chez le médiateur national de l'énergie, nous recevons des cris de détresse et on n'image pas qu'en France, en 2012, on puisse connaître de telles situations. Et pourtant, c'est le quotidien de personnes (dans une situation) de plus en plus précaire", a alerté M. Lechevin au micro d'Europe 1, soulignant que celles-ci étaient "de plus en plus nombreuses".Il a déploré ces coupures d'électricité et de gaz malgré ces situations difficiles. "On peut simplement (..) espérer que l'ensemble des opérateurs appliquent d'eux-mêmes cette trêve hivernale des coupures de manière volontaire, surtout dans les périodes de grand froid, sans attendre le dispositif législatif ou réglementaire", a-t-il lancé.Les opérateurs peuvent aujourd'hui couper l'énergie en plein hiver. La proposition de loi prévoyant notamment une trêve hivernale sur les interruptions de fournitures d'énergie, à l'instar de celle existant pour les expulsions de logements, a été retoquée par le Sénat fin octobre.

Florange : mettre en œuvre l’accord (CFDT)

La CFDT ne se joindra pas à la manifestation organisée lundi par Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent, du Front de gauche, en soutien aux salariés de Florange, a expliqué Laurent Berger, nouveau secrétaire du syndicat sur Europe 1. "La préoccupation de la CFDT ajourd'hui à Florange, c'est la mise en œuvre de ce que le gouvernement a arraché à Mittal en terme d'accord", a souligné Laurent Berger. "Pour cela, la CFDT a obtenu une commission tripartite avec des représentants du personnel. Et c'est dans cette commission qu'il faudra faire sorte que ces engagements soient tenus"Toutefois, le syndicat reste prudent face à Lakshmi Mittal "Tout le monde sait que la confiance à Mittal (...) doit être limitée", a estimé Laurent Berger.

Le départ de Depardieu, « lamentable » (CFDT)

Le nouveau secrétaire de la CFDT Laurent Berger s'est dit "choqué" par la décision du comédien Gérard Depardieu de s'installer en Belgique. "Franchement je trouve ça lamentable", a-t-il dénoncé sur Europe 1 lundi matin. "On nous fait croire, en plus, que c'est pour le cadre bucolique de cette commune, mais c'est clairement un choix fiscal" "Il n'est pas anormal que les plus riches contribuent davantage, a-t-il souligné, rappelant que Gérard Depardieu est "quelqu'un qui a une Image très négative des organisations syndicales.">> LIRE AUSSI : Néchin, le nouveau nid de Depardieu

Attali : « Florange, 700 personnes pas menacées »

Jacques Attali, invité d'Europe 1 vendredi soir, est revenu sur la gestion du dossier Florange.Selon lui, les hauts fourneaux sont condamnés depuis longtemps déjà. "C'est foutu depuis dix ans", a-t-il ainsi déclaré.Il s'étonne également de la surmédiatisation du dossier : "Florange c'est 700 personnes qui ne sont pas menacées de grand-chose, alors que tous les matins il y a 700 chômeurs de plus et tous les après-midi 700 autre de plus. Je ne comprend pas pourquoi on fait les sites sur 700 personnes pas menacées"

Mittal n’a pas de date pour relancer Ulcos

INFO E1 - ArcelorMittal, qui a annoncé jeudi matin qu'il renonçait à présenter la candidature de Florange au projet Ulcos, n'a pas pour l'instant prévu de date pour un éventuel Ulcos 2. "Si vous me demandez si nous avons un horizon de temps, la réponse est non ", précise une source proche du sidérurgiste à Europe 1. Le groupe industriel, tout comme Matignon, affirme pourtant croire à un nouveau projet de captation du CO2.>> Suivez en direct les réactions autour du dossier Florange

Noël : « Il va y avoir des bonnes affaires »

INTERVIEW E1. "Les consommateurs sont fauchés." C'est le constat fait jeudi sur Europe 1 par Michel-Edouard Leclerc, le PDG du groupe de grande distribution du même nom. Selon lui, il y a une baisse de pouvoir d'achat et donc de la consommation... Ce qui laisse prévoir des "bonnes affaires" à venir dans les semaines qui viennent avant Noël. "Les commerçant ne vont pas vouloir stocker toute leur marchandise, alors ils vont baisser les prix", assure-t-il.>>À lire notre enquête : Repas de Noël, gare à la facture