Article tagué licit

Euro: La perception d’un risque d’implosion a disparu

La perception de la part des investisseurs d'un risque d'implosion de la zone euro a disparu, s'est félicité jeudi à ...

Centres d’appel : ce prêt public qui dérange

Qu'il est loin le temps où Arnaud Montebourg poussait un coup de gueule contre le Stif. Alors que le ministre du Redressement appelait mi-juin à prendre des mesures pour rapatrier en France les centres d'appels des grandes entreprises, souvent délocalisés au Maroc, le gouvernement vient de prendre une décision exactement inverse.>> A LIRE : Montebourg à l'assaut des hotlines• Les Faits. Lors de sa visite au Maroc le 12 décembre dernier, Jean-Marc Ayrault a signé une convention qui octroie notamment un prêt de 100 millions d'euros "destiné au refinancement des activités offshoring développées par la société Casanearshore", basée à Casablanca. Celle-ci, qui emploie déjà plusieurs dizaines de milliers de personnes, gère notamment les centres d'appel et les supports informatiques de grandes entreprises, parmi lesquelles Accenture, HP, Atos ou encore BDSI, une filiale de BNP Paribas.• Une démarche "gagnant gagnant" pour Ayrault. Le Premier ministre, lors de la signature de la convention, s'était pourtant félicité de son contenu. "Notre objectif est bien sûr d'éviter (…) des délocalisations qui portent sur l'ensemble d'un processus industriel. En revanche une 'colocalisation' industrielle, si elle résulte d'une analyse fine de la valeur ajoutée sur toute la chaîne de production et les avantages compétitifs de chaque site, elle peut être bénéfique et soutenir l'activité des deux côtés de la Méditerranée", expliquait-il alors.• "Invraisemblable" pour les informaticiens. La principale association d'informaticiens français, le Munci, dénonce une situation invraisemblable : Comment expliquer que le gouvernement favorise l'emploi de l'autre côté de la Méditerranée quand 36.000 informaticiens français sont au chômage, demandent-ils sur leur site Internet.Manuel Jacquinet, spécialiste des questions de relation client qui avait en juillet fait un certain nombre de propositions pour rapatrier en France ces activités, est lui aussi très remonté. Dans une lettre ouverte publiée sur son site Internet, il dénonce une décision "inimaginable". "Des ministres comme Laurent Fabius, Pierre Moscovici (…) ont décidé que la priorité était… de favoriser encore plus la délocalisation des deux seules industries tertiaires qui créent le plus d’emplois depuis des années : celle de l’informatique, et celle des services clients et hotlines téléphoniques."

Hollande salue un accord majeur et global

Le président français François Hollande s'est "félicité" jeudi de l'"accord majeur" et "global" atteint par ...

La BCE a offert une réponse efficace à la crise de l’Euro

La BCE a offert une réponse "efficace" à la crise de l'euro, s'est félicité vendredi le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy, en visite à Athènes. "Le cadre de l'intervention ...

Monti : « l’Italie est repartie »

Le risque pour l'Italie d'être emportée dans une crise financière comme celle que connaît la Grèce s'est "éloigné" et la reprise économique est à sa porte, bien qu'encore imperceptible, a estimé mercredi le président du conseil italien Mario Monti. "Nous sommes repartis", a-t-il déclaré dans un entretien à la télévision locale Norba 24, dont des extraits ont été diffusés mercredi matin à l'occasion d'une prochaine visite du chef du gouvernement dans la région des Pouilles (sud)."Rappelons-nous il y a un an, nous n'en étions pas encore bien conscients, mais nous risquions d'être entraînés dans une crise financière comme celle" qui frappe la Grèce, a-t-il dit. "Cette année, cette perspective s'est décidément éloignée, nous figurons parmi les pays qui décident ensemble en Europe comment résoudre le problème grec, nous sommes réinsérés dans le circuit de décisions, nous sommes respectés", s'est-il félicité.

BMW réalise son meilleur 1er trimestre

Le groupe automobile bavarois BMW, numéro un mondial du haut de gamme, a annoncé jeudi avoir connu le "meilleur premier trimestre" de son histoire, enregistrant un bénéfice net de 1,35 milliard d'euros, en hausse de 18,1% sur un an et supérieur aux prévisions. Le chiffre d'affaires (18,3 milliards, +14,1%) et le bénéfice opérationnel Ebit (2,13 milliards, +18,8%) ont également nettement dépassé les prévisions des analystes de l'agence Dow Jones Newswires."Avec de nouveaux records en termes de ventes, chiffre d'affaires et résultat, nous avons signé le meilleur premier trimestre de l'histoire du groupe", s'est félicité son patron Norbert Reithofer, cité dans un communiqué. BMW en a profité pour confirmé ses objectifs annuels, mais sans les chiffrer pour autant, à savoir "de nouveaux records en termes de ventes et de bénéfice avant impôts".L'objectif annuel de marge opérationnelle dans la division automobile a été maintenu à une fourchette comprise entre 8 et 10%. Au premier trimestre cette marge a atteint 11,6%. Au premier trimestre, le groupe, qui outre BMW comprend les marques automobiles Mini et Rolls-Royce, a écoulé 425.528 véhicules, en hausse de 11,2% sur un an.

Di Rupo satisfait de la nouvelle discipline budgétaire européenne

Le Premier ministre belge Elio Di Rupo s'est félicité lundi soir, à l'issue du sommet extraordinaire des dirigeants européens, de l'accord intervenu sur le nouveau traité de discipline budgétaire, ...

Hiver : la SNCF investit 90 millions d’euros

La SNCF, échaudée par un hiver 2010 calamiteux, marqué par la mésaventure du Strasbourg/Port-Bou, a présenté mardi un plan neige pour lequel elle a investi 90 millions d'euros répartis entre la préparation du matériel, l'information et la prise en charge des voyageurs."Nous avons tiré les enseignements du Strasbourg Port Bou", s'est félicité Alain Bellot, directeur du matériel, lors de la présentation mardi du plan hiver dans les ateliers du Technicentre Est Européen à Pantin (Seine-Saint-Denis).Pour éviter que des voyageurs se retrouvent coincés pendant des heures à bord d'un train en raison des intempéries, la SNCF a décidé de ne plus faire partir un train dont elle ne pourrait garantir l'intégralité du parcours.

Ardèche : fin de la grève chez Chomarat

Les salariés de Chomarat, entreprise ardéchoise spécialisée dans le textile (habillement et automobile), ont repris le travail jeudi matin, après avoir obtenu le "report jusqu'à fin février" du plan social prévoyant la suppression de 122 postes, a-t-on appris jeudi de source syndicale."On a obtenu le report mercredi soir lors d'une réunion avec la direction, il n'y aura pas de licenciements jusqu'à fin février", s'est félicité Henri Nicolas, délégué CGT, alors que les salariés de Chomarat étaient en grève depuis jeudi dernier."La direction a cédé sous la contrainte, grâce à la mobilisation des salariés", a-t-il poursuivi. M. Nicolas a fait état du dépôt mercredi d'une motion indiquant à la direction de Chomarat qu'elle serait "menée en justice" si "elle continuait sur sa lancée", évoquant "des vices de forme" et "des arguments permettant de remettre en cause le motif économique" justifiant le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).

Référendum grec : Attac satisfait

L'organisation altermondialiste Attac s’est félicitée mardi de l'annonce par le Premier ministre grec, Georges Papandréou, d'organiser un référendum sur le plan européen d’aide à la Grèce. "L'annonce, hélas trop tardive, par M. Papandréou de l'organisation d'un référendum est une première avancée de la démocratie face aux plans d'austérité qui s'abattent partout en Europe", écrit Attac dans un communiqué. Pour l'organisation altermondialiste, "tout dépendra de la question posée et des conditions du débat pour que ce référendum ne soit pas une manipulation politique. Mais c'est aussi l'occasion d'un réel débat citoyen, qui fasse écho aux revendications populaires pour plus de démocratie".

Leterme : « La Belgique n’a été dans le collimateur à aucun moment »

EPA"La Belgique n'a été dans le collimateur à aucun moment", s'est félicité le chef du gouvernement. "Il y a eu des questions sur la situation dans d'autres pays (de la zone euro, ndlr), mais aucune sur la Belgique", a-t-il ajouté.

Leterme : « La Belgique n’a été dans le collimateur à aucun moment »

EPA"La Belgique n'a été dans le collimateur à aucun moment", s'est félicité le chef du gouvernement. "Il y a eu des questions sur la situation dans d'autres pays (de la zone euro, ndlr), mais aucune sur la Belgique", a-t-il ajouté.

Van Rompuy satisfait des décisions italienne et espagnole

Le président permanent du Conseil européen Herman Van Rompuy s'est félicité lundi de l'annonce par l'Italie et l'Espagne, victime d'une poussée de fièvre obligataire ces derniers jours, de mesures de ...

Baroin : « aucun doute » sur le plan européen

Le ministre s'est félicité de l'accord européen et du G7 pour répondre aux assauts des marchés.