Article tagué lorrain

Florange : une pétition pour nationaliser

Une pétition, "L'Acier lorrain vivra", signée en ligne par près de 28.000 personnes et demandant la nationalisation du site de Florange, doit être remise à l’Élysée avant le 15 janvier par une délégation de l'usine ArcelorMittal de Florange, a indiqué jeudi à l'élu CFDT Edouard Martin. Cette pétition, lancée il y a un mois, rappelle qu'en pleine campagne présidentielle, en février 2012, François Hollande, au cours d'une visite surprise à Florange, avait déclaré "être prêt à déposer une proposition de loi" obligeant à céder des unités de production à des repreneurs. Selon les signataires, "neuf mois plus tard, la promesse n'est pas encore honorée".

Nationalisations : « une catastrophe »

La nationalisation du site ArcelorMittal de Florange en Lorraine et l'utilisation plus générale de cette arme par l'Etat seraient très mauvaises pour l'image du pays, a estimé jeudi la présidente du Medef Laurence Parisot. Cette arme, brandie par le gouvernement notamment pour le site sidérurgique lorrain, n'a pour l'instant pas été utilisée, ce qui a déçu les syndicats locaux qui y voyaient leur seul espoir."Il est évident que si le gouvernement avait, par malheur, pris cette décision de nationaliser ArcelorMittal ou une partie d'ArcelorMittal, c'eut été une catastrophe pour notre pays à plusieurs niveaux", a dit la patronne des patrons sur I-télé. "Le regard que les investisseurs étrangers, que le monde entier aurait porté sur nous aurait été tout à fait critique, incrédule et probablement (il) aurait considéré que c'était un bond en arrière", a-t-elle ajouté.

Florange : ArcelorMittal agira début 2013

Il tiendra ses engagements. Le groupe sidérurgique ArcelorMittal a annoncé vendredi que les premiers investissements sur le site lorrain de Florange seraient engagés dès le premier trimestre 2013. Une semaine après l'accord conclu avec le gouvernement français, il précise dans un communiqué que le détail de ces investissements sera précisé le 13 décembre prochain lors d'un comité central d'entreprise. La décomposition des investissements, d'un montant de 180 millions d'euros sur cinq ans, sera "accompagnée d'un calendrier prévisionnel dont les éventuelles adaptations ultérieures seront également communiquées au comité."Le groupe réaffirme son engagement en matière de développement de nouvelles technologies de production, notamment le programme d'acier "vert" Ulcos. Il propose pour le projet européen Ulcos "la mise en place d'un comité de pilotage des travaux de recherche et de validation technologique. "Il y invitera le sous-préfet de Thionville François Marzoratti, président du comité de suivi de l'accord, et un ou plusieurs experts issus notamment de la région Lorraine.

FO : « pas l’intérêt » de recevoir Montebourg

Walter Broccoli, secrétaire général FO sur le site ArcelorMittal de Florange, a dit samedi soir qu'il ne voyait "pas l'intérêt" de rencontrer Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, sur le site lorrain. Le ministre avait déclaré peu auparavant au 20h de TF1 qu'il irait "avec plaisir" à Florange présenter l'accord obtenu entre le gouvernement et ArcelorMittal si on l'y invitait."Je ne vois pas l'intérêt", a répondu Walter Broccoli, qui s'est cependant dit "pressé de parler avec (le Premier ministre Jean-Marc) Ayrault". "On va lui démonter tout ses arguments pierre par pierre", a-t-il promis.

Lavilliers avec les Arcelor de Florange

Le chanteur Bernard Lavilliers s'est rendu jeudi à Florange, en Moselle, où il a été accueilli par une centaine de salariés de l'usine ArcelorMittal, dont les hauts-fourneaux, les derniers de Lorraine, ont été fermés définitivement par le numéro un mondial de l'acier. "Je connais bien ce boulot. Il faut stopper ce compte à rebours (de la fin de la sidérurgie) qui a commencé il y a 20 ans", a déclaré le chanteur, qui fut autrefois métallo et qui avait chanté dans les années 70 "Fensch vallée", du nom de cette région sidérurgique en Lorraine.>> Montebourg sur les pas de Sarkozy ? "Je suis venu pour savoir, parce qu'on raconte tout et n'importe quoi", a dit Bernard Lavilliers, qui arborait un badge "Touche pas à mon usine, L'acier lorrain vivra" sur sa veste."Ca n'est pas à moi de raconter votre vie. Mais cette usine est rentable, et Mittal, c'est un copain de Bernard Madoff, un financier. Les intellectuels nous disent +Il faut vous recycler+: bientôt, ce sera de votre faute!", a-t-il lancé aux salariés devant l'usine. Celui qui se considère comme "le chanteur qui chante le plus les vrais travailleurs" a estimé que la fermetures des hauts-fourneaux "concernait tout le monde, pas uniquement les salariés de Florange".

Lorraine: le dernier haut-fourneau ferme pour une durée indéterminée

Le dernier haut-fourneau lorrain en activité va fermer lundi à Hayange (Moselle), une fermeture temporaire selon le groupe ArcelorMittal, mais qui pourrait signer l'arrêt définitif de la "filière liquide" dans la région, s'inquiètent syndicats et élus.