Article tagué psa

PSA confirme la nomination de Gallois

Louis Gallois, auteur du rapport sur la compétitivité commandé cet été par François Hollande, va intégrer la conseil de surveillance du groupe automobile PSA, a confirmé l'entreprise.

Trop de suppressions de postes chez PSA ?

Le cabinet mandaté par les syndicats estime que la direction de PSA manque d'une vision stratégique.

Efficaces, les sorties de Montebourg ?

PSA, Doux, Hyundai, etc. : retour sur les petites phrases du ministre et leurs conséquences.

Faurecia va supprimer 1.500 emplois

Faurecia a annoncé lundi son intention de supprimer 1.500 emplois en Europe occidentale afin de réduire ses coûts dans un environnement automobile dégradé sur le continent. L'équipementier, détenu à 57,4% par PSA Peugeot Citroën , qui organise une réunion pour les investisseurs à Londres, n'a pas donné de précision sur les pays concernés par ces ajustement de l'outil industriel du groupe en Europe.

Restauration: « si la TVA augmente, on fera comme PSA »

"On a crée 53.000 emplois, on en a sauvé 30.000, déposé deux fois moins de bilan qu'avant et les salariés ont bénéficié d'une augmentation de salaires de 5%." André Daguin, président du Conseil de surveillance de l'Union des industrie de l’hôtellerie (Umih), a défendu sur Europe1 le taux réduit de la TVA pour la restauration, pointé du doigt par certains membres de la majorité. Selon lui, sans ce taux réduit, "il y aurait des plans sociaux, ce serait PSA, on serait comme tout le monde". Il l'assure : "si on revient au précédent taux de TVA, cela se traduira par 100.000 emplois, soit 12% de la profession."

PSA : Varin ne cède pas de contrepartie

Les syndicats sont déçus. Le président du directoire de PSA Philippe Varin n'a concédé aucun engagement sur l'emploi lors de la réunion avec les pouvoirs publics, le constructeur automobile et le gouvernement, et un rendez-vous a été pris pour une nouvelle tripartite début décembre.Une prochaine réunion tripartite est prévue en décembre, a annoncé le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg à la presse, précisant que le gouvernement avait une nouvelle fois demandé à PSA le reformatage de son plan social. Des triparties auront lieu auparavant au niveau local à Rennes et Aulnay-sous-Bois les 8 et 9 novembre.

La remplaçante de la C5 assemblée à Rennes

La remplaçante de la Citroën C5 sera assemblée dans l'usine PSA Peugeot Citroën de Rennes, très touchée par le plan de restructuration du constructeur automobile, ont indiqué mercredi des syndicalistes présents à un comité de groupe européen.PSA s'était déjà engagé à produire un nouveau modèle, non identifié, en 2016 dans son usine de Rennes-la Janais, qui emploie 5.600 personnes et où 1.400 emplois doivent être supprimés dans le cadre d'un plan de restructuration plus vaste qui touche 8.000 postes en France.

7 milliards d’euros pour la banque de PSA

La banque de financement de PSA, BPF, qui fait face à des difficultés, bénéficiera d'une garantie de l'Etat de 7 milliards d'euros sur trois ans, en plus d'une rallonge bancaire, a annoncé mercredi le groupe automobile dans un communiqué.Les banques créancières de BPF sont sollicitées "pour mettre à disposition des liquidités d'un montant de 11,5 milliards d'euros, dont 1 milliard de liquidités additionnelles. L'Etat a par ailleurs annoncé son intention d'apporter sa garantie de refinancement pour des émissions obligataires nouvelles pour les trois prochaines années, jusqu'à un montant de 7 milliards d'euros".

PSA : une semaine en enfer

Sauvetage de la banque, alliance avec GM, avenir d’Aulnay : PSA doit multiplier les annonces stratégiques.

Sapin : pas d’augmentation généralisée de la CSG

Selon Michel Sapin, ministre du Travail, le gouvernement ne prépare pas de hausse de la CSG générale. Interrogé vendredi matin sur Europe 1, il a tenu à préciser "Si votre question c’est "Va-t-on augmenter la CSG de manière généralisée ?", alors la réponse est non."Il n’empêche, le ministre du Travail reconnaît qu’une hausse ciblée de la contribution pourrait être instaurée, non pas pour dégager de nouvelles recettes mais pour renforcer la compétitivité des entreprises françaises: "Il faut baisser les coûts de production, Il y a des produits qui coûtent trop cher à produire par rapport à ceux qui sont fabriqués par exemple en Allemagne. (…) Prenez PSA, ou Renault, ou des grandes entreprises industrielles, elles sont sur le marché mondial, c’est à celles-là qu’il faut apporter une réponse."

Les ventes de voitures toujours déprimées

Pas d'embellie sur le marché de l'automobile. Les immatriculations de voitures neuves ont poursuivi leur plongeon en septembre en France, les constructeurs français souffrant toujours plus que leurs concurrents étrangers, selon des données publiées lundi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).Elles ont reculé de 18,3% sur un an en données brutes, selon un communiqué. Le français Renault a vu ses ventes dégringoler de 33,4%, tandis que son homologue national PSA Peugeot Citroën a limité la casse, avec un repli de 5%.>> A lire : Ghosn, Varin, pourquoi ils sont inquiets

PSA flingué par le rapport d’expert

AFPLa direction de PSA Peugeot Citroën a multiplié depuis vingt ans des erreurs stratégiques qui rendent aujourd’hui inévitable et "urgente" sa restructuration. Telle est la conclusion cinglante du rapport commandé par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

Plan social : PSA participera aux réunions

PSA Peugeot Citroën est prêt à participer aux réunions tripartites avec le gouvernement et les syndicats dont Arnaud Montebourg a annoncé mardi l'organisation prochaine après la publication du rapport Sartorius."Nous sommes tout à fait ouverts et même demandeurs quand il s'agit de la revitalisation des sites d'Aulnay et de Rennes, comme nous l'avons déjà fait pour Sevelnord où ce fut très efficace", a déclaré un porte-parole du constructeur automobile. "Sur le projet de plan social lui-même, nous sommes en période de consultation légale entre nous et les organisations syndicales et c'est comme cela que nous allons continuer de progresser." Le ministre du Redressement productif a annoncé avoir répondu favorablement à la demande des syndicats et des élus d'organiser des négociations sur ce plan qui prévoit notamment 8.000 suppressions de postes avec pour objectif de réduire le nombre d'emplois menacés.

Rapport : la question d’Aulnay « en suspens »

Le rapport commandé par le gouvernement pour évaluer la situation de PSA Peugeot Citroën laisse "en suspens" la question de la fermeture de son usine d'Aulnay-sous-Bois, a indiqué à l'AFP dimanche une source proche du dossier, contredisant des informations précédentes."Le constat de la surcapacité est posé" mais la fermeture d'Aulnay "n'est pas validée et la question reste en suspens", a déclaré cette source qui a pu consulter les conclusions du rapport. Plus tôt, Le Journal du Dimanche avait affirmé que le rapport, dont les premières conclusions doivent être présentées mardi aux syndicats de PSA et à des élus par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, épinglait "la gestion de la famille Peugeot" et devait "valider" la fermeture d'Aulnay.

Au fait, comment va Renault ?

Tandis que les difficultés de PSA défrayent la chronique, la marque au losange souffre mais fait encore des bénéfices.