Article tagué rement

La consommation des ménages en hausse

La consommation des ménages français a légèrement progressé de 0,2% au mois de novembre en raison notamment d'une augmentation des dépenses en énergie, a annoncé vendredi l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). L'Institut, qui a revu le recul enregistré en octobre à 0,1% contre 0,2% annoncé précédemment, relève que les achats d'automobiles et de textile-cuir ont pour leur part été en repli au cours du mois de novembre.

EDF : extension des tarifs sociaux

Une première extension des tarifs sociaux de l'électricité et du gaz à 400.000 foyers modestes est entrée en vigueur mercredi avec la parution d'un arrêté au Journal Officiel, comme l'avait promis le gouvernement il y a deux semaines. Au total, 830.000 personnes supplémentaires pourront bénéficier -en principe automatiquement- de ces tarifs légèrement réduits chez EDF et GDF Suez avec ces mesures, selon la ministre de l'Energie Delphine Batho.>> A LIRE : La facture d'électricité va grimper de 2,5 %En plus des personnes bénéficiant de la Couverture maladie universelle (CMU) complémentaire, les personnes éligibles à l'aide pour une complémentaire santé (ACS), soit des personnes ayant des revenus 35% supérieurs au plafond fixé, pourront également en bénéficier. "Le plafond était auparavant de 661 euros par mois pour une personne seule et passe à 893 euros par mois", a déclaré Mme Batho à l'AFP. "C'est une amélioration concrète du pouvoir d'achat", a-t-elle fait valoir.Le "tarif de première nécessité" pour l'électricité (TPN) instauré en 2005, permet d'obtenir une réduction de facture de 90 euros par an en moyenne. Le "tarif spécial de solidarité" du gaz, ou TSS, a été quant à lui créé en 2008 et offre une réduction de l'ordre de 156 euros par an en moyenne.

Bourse : Wall Street termine en hausse

L'indice Dow Jones gagne 14,60 points (0,11%) à 13.169,73. Le S&P-500 prend 0,50 point (0,04%) à 1.418,57. Le Nasdaq Composite avance de 8,92 points (0,30%) à 2.986,96. Ces données sont susceptibles de varier encore légèrement.

Les prix à la pompe remontent légèrement

Les prix des carburants ont progressé la semaine dernière en France, selon les relevés hebdomadaires publiés lundi par le gouvernement, alors que la taxe sur l'essence et le gazole, dont le relèvement en douceur a commencé au début du mois, augmentera de nouveau légèrement mardi.Le gazole, qui représente plus de 80% des ventes de carburant dans le pays, s'est établi à 1,3705 euro le litre lors de la semaine achevée vendredi, contre 1,3653 euro une semaine plus tôt. Pour sa part, l'essence a progressé à 1,5063 contre 1,4870 une semaine plus tôt pour le sans plomb 95, et le sans plomb 98 est ressorti à 1,5500 euro le litre contre 1,5460 la semaine précédente.Cette augmentation intervient à la veille d'un nouveau relèvement de la taxe sur les carburants (Taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques - TICPE), qui avait été abaissée de 3 centimes par litre à la rentrée pour enrayer la flambée des prix à la pompe.

Générosité : les Français donnent moins

Une minorité de Français (44%) déclarent donner souvent ou de temps en temps de l'argent aux associations caritatives, moins qu'en 2005, date à laquelle 55% des Français affirmaient donner de l'argent régulièrement, souligne vendredi un sondage CSA pour RTL.Selon cette enquête, 35% des sondés affirment donner de temps en temps (contre 44% en 2005), et 9% souvent (contre 11% en 2005) de l'argent aux associations. A l'inverse, 34% des Français donnent rarement de l'argent (contre 22% en 205) et 22% jamais (23% en 2005). Dans le détail, les ouvriers sont moins nombreux à donner régulièrement (24%) que les cadres (55%).

Croissance de 0,8% : Cahuzac confiant

L'objectif de croissance de 0,8% en 2013 en France est "à la portée" du gouvernement, a estimé lundi le ministre du Budget Jérôme Cahuzac. Cette prévision, retenue dans le projet de budget 2013, se situe sensiblement au-dessus du consensus des économistes.>> LIRE AUSSI : La croissance française sera faible (OCDE)"Nous pensons que nous aurons cette croissance de 0,8% car l'acquis de croissance, l'élan que nous aurons après 2012 sera de 0,2% et donc en 2013 il faudrait que nous fassions 0,6% de plus. Je pense que c'est à notre portée", a déclaré Jérôme Cahuzac sur France 2. "Nous y arriverons", a-t-il ajouté.La croissance française a légèrement rebondi de 0,2% au troisième trimestre selon l'Insee.>> LIRE AUSSI : Croissance : qui dit vrai ?

NLMK La Louvière: « Si La Louvière s’adapte, l’actionnaire russe continuera à soutenir le site »

Photo NewsSi l'usine de La Louvière s'adapte à la réalité actuelle du marché, sa maison-mère russe, le groupe sidérurgique NLMK, continuera à la soutenir financièrement, ont réaffirmé jeudi les dirigeants de NLMK Europe.

Regain de confiance des industriels

Le moral des industriels français s'est légèrement amélioré en novembre, après être tombé en octobre au plus bas depuis l'été 2009, a annoncé vendredi l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)."Selon les chefs d'entreprise interrogés en novembre 2012, la conjoncture dans l'industrie reste mal orientée en dépit d'une légère amélioration de l'indicateur synthétique du climat des affaires", précise l'Insee. Cet indicateur progresse de 3 points par rapport au mois précédent, à 85, très en deçà de son niveau moyen.

La Bourse de Paris gagne 0,60%

La Bourse de Paris a signé une quatrième séance de hausse d'affilée jeudi (+0,60%), soutenue par un indicateur chinois encourageant et par l'espoir d'un accord en Grèce dès lundi.L'indice CAC 40 a pris 20,86 points à 3.498,22 points. Le volume d'échanges a été particulièrement reduit (1,15 milliard d'euros), soit moitié moins que lors des séances précédentes, en raison de la fermeture des marchés américains pour la fête de Thanksgiving.

64% de salariés prêts à renoncer aux 35h si…

Une majorité de salariés seraient prêts à renoncer aux 35 heures (64%), accepter un gel des salaires (59%) ou des périodes de chômage partiel (54%) pour éviter un plan social dans leur entreprise, selon un sondage Ipsos pour le Cesi - groupe de formation continue - publié lundi en partenariat avec Le Figaro.Une minorité (32%) accepterait en revanche de voir légèrement diminuer son salaire, selon ce 5ème baromètre de l'Observatoire social de l'entreprise dont un volet est cette année consacré au thème "chômage et employabilité dans un contexte de crise". Interrogés sur leur perception des efforts acceptables par leurs salariés, au coeur des accords de sauvegarde (aussi appelés "compétitivité-emploi") discutés dans le cadre de la négociation syndicats-patronat sur le marché du travail, les chefs d'entreprises offrent des réponses approchantes.Cette enquête montre que la peur du chômage est forte chez les salariés : 61% pensent qu'ils seront un jour dans cette situation au cours de leur carrière et 27% jugent importante la probabilité de perdre leur emploi dans les deux ans.Cette peur est renforcée par le fait que 7 salariés sur 10 (69%) pensent qu'il leur serait plutôt difficile de retrouver un emploi (les plus de 50 ans et ouvriers surtout).Paradoxalement, lorsqu'ils sont questionnés sur leur "employabilité", définie comme leur "capacité à conserver ou à retrouver un emploi dans des délais raisonnables grâce à une acquisition continue des compétences", une majorité de salariés (69%) pensent qu'elle est plutôt bonne.

Le Trésor lève 2,5 milliards d’euros à court terme

Le taux de couverture a atteint 3,39. Depuis plusieurs mois, la Belgique avait pris l'habitude d'emprunter à des taux légèrement négatifs sur les obligations à trois mois.

39 heures/Fabius : « sûrement un débat »

"Il y aura sûrement un débat" sur un retour à la semaine de 39 heures, a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius après les déclarations de Jean-Marc Ayrault dans Le Parisien. "Il dit qu'il n'y a pas de tabou, etc, mais enfin il dit qu'il n'est pas favorable à cette mesure", a relevé Laurent Fabius, interrogé par France 2.Interrogé sur l'opportunité de revenir aux 39 heures, il a répondu: "Je ne veux pas me lancer dans ce débat. Il y aura sûrement un débat compte tenu de ce qui a été écrit mais essayons de nous centrer sur ce qui est essentiel en matière de compétitivité". "Je ne veux pas relancer la polémique", a insisté le ministre des Affaires étrangères."On a besoin en France, et j'insiste là-dessus, à la fois des entrepreneurs et des salariés. Je suis absolument en désaccord avec cette espèce de guerre à laquelle on fait écho" entre les deux catégories. "Cela n'a pas de sens, il faut rassembler tout le monde", a-t-il dit.

La location saisonnière de meublé interdite

}Alors que la location saisonnière de meublés sur Paris est en passe d'être interdite sur Paris, quels sont les moyens de se loger temporairement sur Paris ? Les hôtels : Il existe sur Paris pas moins de 1500 hôtels soit entre 75 000 et 80 000 chambres disponibles. Les prix sont très variable. Rares sont les produits bon marché sur ce secteur. Les appartements loués ponctuellement : Il ne s'agit pas d'appartements loués régulièrement à la nuit, mais des biens mis à disposition moins de 3 mois par an en moyenne. Les ménages quittent leur bien pendant les vacances et décident de...


Wall Street finit stable

Wall Street a terminé quasiment inchangée une séance heurtée lundi, marquée par les doutes des investisseurs sur la qualité des résultats de sociétés.L'indice Dow Jones gagne 2,23 points (0,02%) à 13.345,74. Le S&P-500 prend 0,59 point (0,04%) à 1.433,78. Le Nasdaq Composite avance de 11,33 points (0,38%) à 3.016,96. Ces données sont susceptibles de varier encore légèrement.

Le prix du diesel et du mazout en légère baisse

Le prix du diesel diminuera légèrement dès mercredi, après avoir atteint le record de 1,6 euro le litre. Le mazout de ...