Les contribuables français auront travaillé 205 jours sur 365 pour financer les dépenses publiques, soit un mois de plus que la moyenne des contribuables de la zone euro.