L’acceptation par les salariés de « la solution qui est aujourd’hui sur la table » constitue désormais « la dernière condition suspensive » à la reprise du site, a indiqué le ministre de l’Économie.