« La parole présidentielle va se raréfier et je suis certain que chacun va s’en accommoder et va s’y habituer », a prévenu Benjamin Griveaux.