Cet organe rattaché au ministère de l’Action et des comptes publics a collecté 43% d’informations ou « déclarations de soupçons » de plus qu’en 2015.